Barista, un métier d’avenir!

barista_2504784

Les formations de barista se développent en France, dopées notamment par la demande plus avertie de la clientèle internationale de l’hôtellerie-restauration de luxe.

Une erreur et tout peut être faussé

En matière de culture café, la France est « en retard par rapport aux pays anglo-saxons. Nous avons une culture gastronomique: si un plat est trop cuit, on le renvoie en cuisine. Mais si le café est mauvais, on le boit quand même », déplore Ludovic Loizon, plusieurs fois champion de France des baristas.

Un spécialiste doit connaître les crus, les terroirs, la botanique. Savoir maîtriser la torréfaction et les différents modes d’extraction, le réglage des machines et les paramètres hydrométriques, qui peuvent aussi affecter l’arôme d’un café.

« Nous sommes le dernier maillon de la chaîne, après les producteurs, les importateurs, les torréfacteurs… On ne fait que 10% du travail, mais si on fait une erreur, tout ce travail peut être faussé en 25 secondes », assure-t’il.

« Chaque café à son visage »

A Shanghai, où il a travaillé -tout comme dans le monde anglo-saxon- le métier de barista est reconnu. « Là-bas, il existe plus de coffee bars et sur les petites annonces, cette formation est réclamée. En France, on n’en est qu’aux prémices ».

Pour Vincent Sellari, barman au Grand-Hôtel, à Saint-Jean-Cap-Ferrat, sur la côte d’Azur, la route du bon café est encore longue: « la plupart des clients ne savent pas faire la différence entre les crus. A nous de leur apprendre que chaque café à son visage ».

En savoir plus sur le site de l’Express

1 Comment

  • novembre 11, 2014

    Monsieur WordPress

    Bonjour, ceci est un commentaire.
    Pour supprimer un commentaire, connectez-vous et affichez les commentaires de cet article. Vous pourrez alors les modifier ou les supprimer.